► Dignois et bas-alpins dans l’histoire …

■ Pierre GASSENDI : Pierre Gassend, toujours connu sous le nom de Pierre Gassendi, né à Champtercier (près de Digne-les-Bains) le 22 janvier 1592 et mort à Paris le 24 octobre 1655, est un mathématicienphilosophethéologien et astronomefrançais. Issu d’une famille de paysans provençaux, Pierre Gassendi, philosophe et savant français, put poursuivre, grâce à la protection de l’évêque, des études de latin, de rhétorique et de philosophie (Digne et Aix), avant de devenir docteur de théologie à Avignon, puis professeur de philosophie à Aix (1617). Comme les Jésuites lui retirent sa chaire (1621), il décide de se consacrer à l’astronomie et à la philosophie, deux passions qu’il ne cessera d’approfondir, d’autant qu’au dix-septième siècle, avec la remise en cause du géocentrisme et l’importance à tous égards du procès de Galilée, l’astronomie est le champ par excellence de l’élaboration de la modernité scientifique et philosophique. Différent sur ce point des savants de son temps, le plus souvent infatigables et curieux voyageurs, son horizon se limite à la Provence où il exerce des fonctions ecclésiastiques (successivement chanoine et prévôt à l’église cathédrale de Digne, puis éphémère agent du clergé) et à Paris pour tenir la chaire de mathématiques au Collège royal (1645).
LIRE LA SUITE ICI : http://gassendi.fr/page_generale_bio.html.php ET ICIhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Gassendi

 

 Alphonse Eugène BEAU DE ROCHAS : Alphonse Eugène Beau – dit Beau de Rochas, né le 9 avril 1815à Digne-les-Bains de Lucrèce Thérèse Henriette Jacques de Rochas et d’Alexandre François Beau, mort le27 mars 1893 à Vincennes, est un ingénieur thermodynamicien français, lauréat de l’institut (Académie des Sciences). Ingénieur de grands travaux, il pose le premier câble télégraphique sous-marin en collaboration avec l’ingénieur Philippe Breton (1850) et s’intéresse à l’hydrographie, au trafic ferroviaire (voie ferrée Grenoble-Digne-Nice en 1861), au franchissement de la Manche par un tunnel métallique immergé (1880). Thermodynamicien connu pour la définition du « cycle à quatre temps » (16 janvier 1862), il définit également le « coefficient de propulsion » du moteur à réaction dans un mémoire adressé à l’Académie des sciences à Paris, mémoire qui avait pour but d’encourager les recherches sur ce type de moteur dont il prévoyait les possibilités immenses (29 août 1887). 

LIRE LA SUITE ICI :  http://jc.clariond.free.fr/biographies/bauderochas.html  ET ICIhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_Eug%C3%A8ne_Beau

 

■ André HONNORAT :  En 1907, il est élu conseiller général du canton de Lauzet, dans les Basses-Alpes. Il le demeurera jusqu’à sa mort, en 1950. Puis, en 1910, il est élu député des Basses-Alpes. Il propose plusieurs amendements (22 janvier 1914) sur l’hygiène et les soins apportés aux jeunes hommes effectuant leur service militaire, notamment l’interdiction de renvoyer un soldat dans son foyer sans qu’il n’ait été traité contre la tuberculose. La Chambre des députés ratifie cet amendement quelques mois plus tard, le 15 avril 1915, en votant des crédits qui permettront des installations sanitaires où les poilus seront curés contre la tuberculose. Il fonde, en 1916, le Comité d’assistance aux anciens militaires tuberculeux. La même année, afin d’économiser l’énergie du pays en guerre, il propose l’adoption de l’heure d’été. Entre 1917 et 1920, il multiplie les fondations et les amendements à but humanitaire ; Comité de protection et d’éducation des orphelins de guerre et des fils de Français résidant à l’étranger (1918), loi dite « loi Honnorat » qui institue des sanatoriums pour les tuberculeux, cité internationale universitaire de Paris (1919) construite à partir de 1923 avec la collaboration de la Suède, de la Norvège et celle de David Weill, Jean Branet et Paul Appel. En 1920, il participe à la fondation de l’Union internationale contre la tuberculose et il est nommé, la même année, ministre de l’Instruction publique. En 1921, il est élu sénateur desBasses-Alpes et devient membre des commissions des Affaires étrangères, de l’Éducation nationale et de la Santé publique. Après l’invasion allemande et la défaite française en 1940, André Honnorat compte parmi les parlementaires qui s’abstiennent lors du vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain. Pendant toute la durée de l’occupation allemande, et avec le concours de ses propres réalisations (CNDT), il aide les tuberculeux à rejoindre les sanatoriums de la zone libre. Il est choisi en 1944, par Charles de Gaulle, pour intégrer l’Assemblée consultative provisoire, quelques mois avant son élection au Conseil de l’université deuniversité de Paris et son élection à l’Académie des sciences morales et politiques, le 24 février 1947. André Honnorat s’éteint le 24 juillet 1950, à 82 ans, dans la Cité internationale universitaire de Paris, une résidence pour les étudiants du monde entier à laquelle il aura consacré trente ans de sa vie. il fut le premier a faire adopter l’heure d’été en 1917.

EN SAVOIR PLUS ICI : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Honnorat  ET ICIhttp://www.dailymotion.com/video/xcmyyx_andre-honnorat-et-la-cite-internati_news

Publicités